Critique de Fugue Polonaise sur lecture-ecriture.com

Pour qui s’intéresse (ou bien est curieux, voire nostalgique) de l’époque de l’après-guerre dans un des pays du bloc communiste, ce livre ‘Fugue Polonaise’ peut vraiment plaire.

Pour qui s’intéresse (ou bien est curieux, voire nostalgique) de l’époque de l’après-guerre dans un des pays du bloc communiste, ce livre peut vraiment plaire. C’est l’histoire de Bashia, une jeune fille de 16 ans, étudiante brillante en littérature et en Français auquel elle voue une véritable passion. On peut aisément comprendre pourquoi: sa maman a quitté la Pologne pour la France et Bashia n’en a aucune nouvelle.

Alors Bashia vit dans un grand appartement avec sa grand-mère, son père Karol et son oncle Roman ainsi que leur vieille servante restée attachée à la famille; une famille qui, avant le temps des Soviétiques, faisait partie de la bourgeoisie du pays. Ayant subi une migration à la suite de la refonte des frontière russo-soviétiques à la fin de la 2ème guerre mondiale, la famille Zborawska a été obligée de quitter leur grande maison pour la vie en HLM à Cracovie.

On est en 1953 (mort de Staline) et la Pologne vit sous administration communiste, le pays étant complètement sous le joug des russes. Pour l’exaltée jeune fille Bashia, pas facile de vivre dans un pays de privations, de délations et d’endoctrinement. D’autant plus que sa famille ne fait pas partie du Parti au pouvoir et est donc dans le collimateur de la police politique. Plusieurs raisons à cela: personne, sauf le père de Bashia qui est médecin, ne participe à la construction ou reconstruction de la Pologne; la famille Zborawska est issue de la bourgeoisie; l’oncle Roman refuse de travailler et critique le régime et enfin, la petite Bashia est plutôt révoltée dans son lycée et voue une admiration sans faille à la France.

A tel point qu’elle tombe amoureuse de Christian, un jeune garçon français, communiste idéologue qui vient découvrir le pays. Forcément, tous les 2 ne voient pas l’avenir de la même façon. Pour lui, le communisme c’est un idéal, l’espoir d’une société plus juste; pour elle, c’est un monde de sanctions et de délations où elle n’a aucun avenir et qu’il faut fuir absolument. Difficile histoire entre eux d’autant plus qu’elle découvre avec lui l’amour…et qu’il n’est pas partagé de la même façon.

Ce livre, facile à lire et riche historiquement, est remarquable. Il est bourré d’humour. La critique acerbe de la société communiste pose le décor historique et les événements sont soit tristes, soit truculents. Du vécu, assurément. Les personnages, hauts en couleur, ont chacun leur rôle: certains emboitent le pas au régime totalitaire et obtiennent des compensations et un relatif confort matériel, d’autres sont dans la contestation et subissent la suspicion et les représailles.

La fin qui se déroule en 2001 est vraiment très surprenante… mais n’en disons pas plus. A lire donc, je recommande… et spécialement pour celles et ceux qui connaissent un peu la Pologne!

Critique par Laugo2 du site lecture-ecriture.com

Facebooktwitterlinkedinmail
Summary
Review Date
Author Rating
51star1star1star1star1star

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *